Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

AMP : le risque d’hypertension gravidique plus élevé dans les cycles avec transfert d’embryons congelés

Le risque d’hypertension gravidique et de pré-éclampsie lors des grossesses issues de traitements d’assistance médicale à la procréation (AMP) est le plus élevé dans les cycles avec transfert d’embryons congelés, selon une étude nordique présentée mercredi au congrès de l’American Society for Reproductive Medicine (ASRM) à Hawaï.

Les femmes enceintes après une AMP présentent un risque accru de troubles hypertensifs liés à la grossesse, rappellent S. Opdahl de l’université norvégienne de science et technologie à Trondheim (Norvège) et ses collègues. Ils ont cherché à déterminer si ce sur-risque variait en fonction des techniques utilisées.

Leur analyse porte sur 62.987 grossesses issues d’AMP poursuivies au-delà de 22 semaines gestationnelles, au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède. Ils ont comparé 51.348 grossesses simples issues d’AMP à 289.800 grossesses simples spontanées, et 11.639 grossesses gémellaires issues d’AMP à 49.618 grossesses gémellaires spontanées.

Le risque de complications hypertensives pour l’ensemble des grossesses issues d’AMP était significativement plus élevé que dans les grossesses spontanées pour les grossesses simples (risque relatif augmenté de 15%), mais pas pour les grossesses gémellaires (RR = 0,96, non significatif), selon le résumé de la communication orale.

Pour les grossesses simples issues d’AMP par rapport aux grossesses simples spontanées, le risque était plus élevé en cas de transfert d’embryons congelés (+36%) qu’avec des embryons frais (+10%).

Pour les grossesses gémellaires issues d’AMP, le risque avec transfert d’embryons congelés était significativement plus élevé (+39%), tandis qu’il était significativement plus faible avec le transfert d’embryons frais (-11%) par rapport aux grossesses gémellaires spontanées.

Les résultats étaient similaires pour la fécondation in vitro classique (FIV) et l’injection intracytoplasmique de spermatozoïde (Icsi), indiquent les auteurs.

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter