Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

AMP : vers une meilleure sélection des embryons avec la quantification de l’ADN libre dans le milieu de culture

La quantification de l’ADN libre dans le milieu de culture des embryons conçus par fécondation in vitro (FIV) pourrait constituer une mesure objective de la qualité des embryons et de leur potentiel d’implantation, selon une étude française présentée la semaine dernière au congrès de l’European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE) à Munich.

Le choix des meilleurs embryons à transférer dans l’utérus est actuellement basé sur des paramètres morphologiques. Il s’agit cependant d’une évaluation subjective. Or "sur 46% d’embryons écartés morphologiquement, un bon 40% seraient viables", a souligné le Pr Samir Hamamah (CHU de Montpellier).

Les embryons libèrent dans leur milieu de culture des acides nucléiques libres, notamment de l’ADN libre d’origine apoptotique ou nécrotique. Le Pr Hamamah et son équipe ont voulu voir si la détection de ces acides nucléiques libres dans le milieu de culture des embryons humains était associée à la qualité et au devenir des embryons.

Ils ont analysé 90 embryons, provenant de 10 patientes -chaque embryon étant cultivé séparément, dans une microgoutte. Ils ont constaté dans un premier temps que chaque embryon libérait des concentrations différentes d’ADN, y compris pour une même patiente, au sein de la même cohorte d’embryons, quel que soit le stade de développement.

En outre, le taux d’ADN libre dans le milieu de culture était significativement plus faible pour les embryons ayant un faible taux de fragmentation, pour les embryons à J3 de bonne qualité (grade 1-2) par rapport à ceux de mauvaise qualité (grade 3-4) et pour les embryons au stade blastocyste qualifiés de "bons" par rapport à ceux qualifiés de "mauvais", selon les critères morphologiques. En observant la dynamique du taux d’ADN libre dans le milieu de culture au cours du développement de chaque embryon, les chercheurs ont mis en évidence que ce taux chutait entre J1, J3 et J5 pour les embryons qui ont donné lieu à une grossesse, alors qu’il variait peu ou augmentait pour les embryons n’ayant pas donné de grossesse. "L’embryon qui arrive à réduire de plus de 88% son ADN libre entre J3 et J5 a un potentiel implantatoire extrêmement élevé, contrairement à ceux qui se bloquent, à morphologie équivalente", a indiqué le Pr Hamamah à l’APM.

Selon le diaporama présenté au congrès, les embryons transférés à J3 ayant entraîné une grossesse ont vu leur taux d’ADN libre dans le milieu de culture passer en moyenne de 33 ng/ml à 20 ng/ml entre J1 et J3. Les embryons transférés à J5 ont vu ce taux passer de 50 ng/ml à J1 à 24 ng/ml à J3 et 10 ng/ml à J5. Pour les embryons n’ayant pas entraîné de grossesse, ceux transférés à J3 ont vu leur taux d’ADN libre rester stable entre J1 et J3 (environ 16 ng/ml) et ceux transférés à J5 ont vu une légère augmentation entre J3 et J5, passant de 31 ng/ml à 38 ng/ml.

"L’analyse des acides nucléiques libres libérés dans le milieu de culture par les embryons ouvre la possibilité de développer un nouveau test rapide et à faible coût pour la sélection des embryons viables ayant le potentiel d’implantation le plus élevé", estiment les auteurs, dans le résumé de leur communication orale. Cette analyse se fait par PCR quantitative, de manière non invasive.

Il reste cependant à établir la valeur prédictive de grossesse de ces acides nucléiques chez un plus grand nombre de patientes participant à un programme de FIV. D’autres travaux sont en cours à Montpellier sur ces acides nucléiques libres, notamment ceux circulant dans le sang des patientes afin de prédire leur réserve ovarienne et leurs chances de succès lors d’une tentative de FIV.

Une étude présentée à Munich par cette équipe montre que plusieurs micro-ARN circulants sont significativement régulés à la hausse ou à la baisse dans le sérum des patientes stériles ayant une faible réserve ovarienne ou des troubles hormonaux ou métaboliques, respectivement. L’ADN libre est quant à lui significativement associé à l’âge des patientes.

Dernière mise à jour le lundi 2 octobre 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter