Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

Conduite à tenir devant une hyperferritinémie

La ferritinémie est un examen de pratique courante. Comme tout examen biologique, le résultat du dosage ne peut s’interpréter qu’en fonction du contexte clinique.

Très schématiquement, parmi toutes les causes d’hyperferritinémie, on en distingue quatre qui sont plus fréquentes : le syndrome métabolique, l’intoxication alcoolique, l’hémochromatose génétique HFE1 et le syndrome inflammatoire.

La ferritine est une protéine fabriquée par le foie et sert à stocker le fer de l’organisme. Lorsque le fer diminue, la quantité de ferritine est basse. Lorsque le fer augmente, la ferritine augmente, mais il existe de nombreuses autres causes d’augmentation de la ferritine, de sorte que l’hyperferritinémie n’est pas obligatoirement synonyme de surcharge en fer.

Lors de l’interrogatoire, il faut noter certains éléments cliniques essentiels : motif du dosage, éléments du syndrome métabolique, consommation chiffrée d’alcool, antécédents familiaux d’hémochromatose et signes cliniques évocateurs de ce diagnostic.

Lorsque la cause de l’hyperferritinémie est un syndrome inflammatoire, il existe souvent des symptômes, parfois de la fièvre et dans tous les cas une élévation de la CRP.

Biologiquement, l’élément clé du diagnostic est le taux de saturation de la transferrine, permettant de classer les étiologies de l’élévation de la ferritine en deux grandes catégories : les hyperferritinémies avec élévation du coefficient de saturation de la transferrine (CST) et les hyperferritinémies avec CST normal.

Dernière mise à jour le mardi 18 juillet 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter