Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

Embryons congelés : nouvelle étude en faveur du transfert en cycle naturel

Le transfert d’embryons congelés lors d’un cycle ovarien naturel, sans stimulation hormonale, donne des résultats similaires à ceux obtenus lorsque les embryons congelés sont transférés après une stimulation hormonale légère pour la préparation endométriale, chez des patientes ayant des cycles réguliers, montre une étude belge publiée dans Human Reproduction.

Cette étude confirme, sur un échantillon plus important, des travaux précédents, notamment ceux tout récents d’une équipe britannique publiés en août dans Fertility and Sterility.

Karen Peeraer du centre de fertilité de l’université de Louvain (Belgique) et ses collègues ont randomisé 410 femmes ayant des cycles réguliers entre un transfert d’embryons congelés en cycle naturel et un transfert lors d’un cycle stimulé avec de la hMG à faible dose (37,5 UI à 75 UI par jour). Au total, 672 embryons ont été transférés au cours de 434 cycles.

Le taux d’implantation par embryon transféré n’était pas statistiquement différent entre le groupe en cycle naturel et le groupe stimulé (12,35% contre 16,18%).

Aucune différence significative n’a été observée non plus entre les deux groupes sur les critères secondaires d’évaluation : taux d’implantation avec activité cardiaque foetale (10,24% contre 14,12%), taux de naissance vivante par embryon transféré (9,64% contre 13,24%), épaisseur endométriale (8,9 mm dans les deux cas).

La durée de la phase folliculaire était significativement plus courte dans le groupe stimulé (13,7 jours contre 15,4 jours).

"L’avantage du cycle naturel est qu’il est simple pour la patiente puisqu’il n’y a pas d’injections sous-cutanées quotidiennes, et il est bon marché. Par conséquent, sur la base de nos données qui confirment des études de cohorte contrôlées précédentes, nous recommandons un régime en cycle naturel pour le transfert d’embryons congelés comme traitement de choix pour les patientes ayant des cycles ovariens réguliers", concluent les auteurs.

[Human Reproduction]

Dernière mise à jour le mardi 18 juillet 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter