Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

FIV : le milieu de culture a une influence sur la croissance foetale visible dès le deuxième trimestre

Le milieu de culture lors d’une fécondation in vitro (FIV) a une influence sur la croissance foetale qui est visible dès le deuxième trimestre, selon une étude néerlandaise parue dans Human Reproduction.

Une étude précédente de la même équipe avait démontré que le type de milieu de culture embryonnaire lors d’une FIV était significativement associé avec le poids à la naissance. Les chercheurs ont ensuite voulu savoir si des différences dans le développement embryonnaire étaient visibles dès la fin du premier trimestre ou le début du deuxième.

Ewka Nelissen et ses collègues du centre médical de l’université de Maastricht (Pays-Bas) ont donc sélectionné 294 naissances vivantes issues de leur précédente étude. Ces embryons avaient été cultivés dans deux milieux de culture différents commercialisés par Vitrolife* (168 embryons) et Cook* (126 embryons).

Les auteurs précisent que les taux de complications (pré-éclampsie, hypertension ou diabète) étaient similaires dans les deux groupes, avec 8,6% dans le groupe Vitrolife* contre 7,1% dans le groupe Cook*.

Les auteurs ont analysé rétrospectivement les relevés des échographies menées à huit, 12 et 20 semaines, et réalisées respectivement sur 290, 83 et 206 embryons. Ils ont systématiquement évalué l’âge gestationnel à l’aide de la croissance du foetus, et ont également relevé les dosages de la PAPP-A et de la beta-hCG lors des semaines 12 et 20.

A la huitième semaine, il n’y avait pas encore de différence entre les deux groupes en ce qui concerne la taille antéropostérieure et l’âge gestationnel évalué selon l’état de la croissance embryonnaire.

Au total 83 femmes ont passé une échographie de premier trimestre : il n’y avait toujours pas de différence statistiquement significative en termes d’âge gestationnel, de clarté nucale ou de dosage de la PAPP-A.

Le taux de beta-hCG était en revanche significativement différent entre les deux groupes d’embryons. Il y avait en effet 1,55 multiple de la médiane (MOM, obtenu en divisant la concentration mesurée par la concentration médiane habituellement observée au même âge de la grossesse) dans le groupe Vitrolife* contre 1,06 dans le groupe Cook*.

A la 20ème semaine de gestation, 115 embryons du groupe Vitrolife* ont été comparés à 91 du groupe Cook*. Les auteurs ont employé trois méthodes différentes de calcul de l’âge gestationnel à partir du diamètre bipariétal du foetus, et les trois méthodes concluent à un âge gestationnel plus grand dans le groupe Vitrolife*, avec une différence de 1,14 à 1,36 jours selon la méthode.

Ils notent également que la circonférence de la tête et le diamètre trans-cérébral étaient tous les deux statistiquement plus importants dans le groupe Vitrolife*, avec des différences moyennes de respectivement 1,8 mm et 0,4 mm.

Les auteurs concluent que l’environnement initial lors d’une FIV joue un rôle dans le développement de l’embryon plus important que le rôle que des facteurs extérieurs durant la grossesse ou des facteurs parentaux, et que ses effets sont perceptibles dès le premier trimestre de gestation.

Ils avancent également une hypothèse pour expliquer les meilleurs résultats obtenus avec le milieu de culture Vitrolife* : ce dernier aurait une action sur la régulation épigénétique du placenta qui mènerait à une augmentation de la production de beta-hCG, qui joue un rôle important dans le développement foetal.

Human Reproduction

Dernière mise à jour le mardi 18 juillet 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter