Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

FIV : le risque de grossesse ectopique augmente avec le nombre d’ovocytes recueillis

Le risque de grossesse ectopique est plus élevé quand davantage d’ovocytes sont recueillis après une stimulation ovarienne lors d’un cycle de fécondation in vitro (FIV), montre une étude américaine publiée dans Fertility and Sterility.

La grossesse ectopique est l’une des complications de la FIV. Une hypothèse avancée pour l’expliquer implique les niveaux hormonaux supraphysiologiques induits par la stimulation ovarienne, soulignent Kelly Acharya et ses collègues de la Duke University à Durham (Caroline du Nord). Aucune étude jusqu’à présent n’avait évalué l’impact du nombre d’ovocytes recueillis -reflétant le statut hormonal supraphysiologique- sur le taux de grossesse ectopique. Les chercheurs ont étudié les données de 91.504 cycles de FIV autologues et 17.636 cycles bénéficiant d’un don d’ovocytes (où la receveuse n’est pas soumise à des doses supraphysiologiques d’hormones).

Le taux de grossesse ectopique montrait une tendance statistiquement significative à la hausse en fonction du nombre d’ovocytes recueillis dans les cycles autologues : il était de 1,65% pour les cycles avec cinq ovocytes recueillis ou moins, et allait jusqu’à 1,92% pour les cycles avec plus de 25 ovocytes recueillis.

Dans les cycles avec un don d’ovocytes, cette association n’était pas observée.

"En conclusion, cette étude conforte l’idée que, en matière d’hyperstimulation ovarienne contrôlée, plus n’est pas toujours mieux. Dans les faits, une cohorte d’ovocytes excessive peut être délétère pour les patientes de plusieurs façons. Nous présentons un nouveau risque significatif, la grossesse ectopique, associé à un grand nombre d’ovocytes obtenus lors des cycles autologues frais", concluent les auteurs.

Fertility and Sterility, publication en ligne du 11 juillet

Dernière mise à jour le lundi 2 octobre 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter