Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

FIV : meilleur taux de naissance avec le double déclenchement par agoniste de la GnRH et hCG

L’utilisation d’un double déclenchement par agoniste de la GnRH et hCG à la dose standard pour la maturation ovocytaire finale lors d’un cycle de fécondation in vitro (FIV) est associée à un meilleur taux de naissance vivante, chez les patientes répondant normalement à la stimulation ovarienne, selon une étude taïwanaise publiée dans Fertility and Sterility.

Le déclenchement par un agoniste de la GnRH au lieu de la hCG avait initialement pour but d’éviter le risque de syndrome d’hyperstimulation ovarienne chez les fortes répondeuses, lors des cycles avec un protocole de stimulation par antagoniste de la GnRH. Mais les taux de succès étaient moins bons avec cette technique, ce qui était imputé à un déficit de la phase lutéale et de la réceptivité endométriale, rappellent Ming-Huei Lin du Mackay Memorial Hospital à Taipei et ses collègues.

Le double déclenchement a alors été proposé et accompagné d’une amélioration des taux de succès. Chez les répondeuses normales, une amélioration a également été rapportée, mais uniquement sur les taux de grossesse, tandis que les taux de naissance vivante n’ont pas été rapportés, soulignent les auteurs.

Ils ont comparé rétrospectivement 376 patientes, répondant normalement à la stimulation ovarienne, qui ont reçu soit un déclenchement par hCG seule, soit un double déclenchement par hCG à la même dose + agoniste de la GnRH.

Le taux d’implantation était significativement plus élevé dans le groupe ayant reçu le double déclenchement (29,6% contre 18,4%), de même que le taux de grossesse clinique (50,7% contre 40,1%) et le taux de naissance vivante (41,3% contre 30,4%).

Il y a eu un seul syndrome d’hyperstimulation ovarienne dans le groupe contrôle, n’ayant pas nécessité d’hospitalisation, et aucun dans le groupe ayant reçu le double déclenchement.

"Les résultats présentés ici sont une autre preuve de concept suggérant un changement possible de paradigme concernant les agents de déclenchement de l’ovulation dans les cycles avec antagoniste de la GnRH", concluent les auteurs.

Dernière mise à jour le mardi 18 juillet 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter