Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

FIV : nouvelle étude sur l’augmentation des prématurités en cas de transfert au jour 5-6

Une nouvelle étude publiée dans Human Reproduction confirme l’augmentation du risque de naissance prématurée après une fécondation in vitro (FIV) avec transfert de l’embryon aux jours 5 ou 6 par rapport au jour 3.

Dans cette étude canadienne, 9.506 naissances d’enfant unique après transfert à J3 et 3.206 après transfert à J5/6 ont été comparées.

Le taux de naissances avant 37 semaines s’élevait à 17,2% après transfert à J5/6, comparé à 14,1% à J3.

Après prise en compte dans l’analyse de différents facteurs de biais potentiels (année où le traitement a été fait, âge maternel, antécédent de grossesse, nombre d’ovocytes récupérés...), Shir Dar du Create Fertility Centre à Toronto et ses collègues ont calculé que le risque de prématurité était augmenté de 32% avec le transfert au stade blastocyste à J5/6.

Il semblait y avoir aussi une augmentation du risque de grande prématurité, avant 32 semaines, mais la différence n’était pas statistiquement significative (3% contre 2,7%).

En revanche, contrairement à des études antérieures, les chercheurs canadiens n’ont observé ni augmentation des très grandes prématurités ni élévation de risque de malformation foetale avec le transfert à J5/6.

Ils font l’hypothèse que "la prolongation de la culture in vitro de l’embryon doit avoir une effet délétère sur la placentation".

"Des études de suivi à long terme seront nécessaires pour déterminer si une culture in vitro prolongée jusqu’au stade blastocyste a un effet défavorable sur la santé à long terme des enfants".

Human Reproduction

Dernière mise à jour le mardi 18 juillet 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter