Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

FIV : plus la dose de gonadotrophines est élevée, moins il y a de chances de succès

La dose de gonadotrophines utilisées pour la stimulation ovarienne lors d’un traitement de fécondation in vitro (FIV) est inversement corrélée au taux de naissance vivante, quel que soit le nombre d’ovocytes obtenus, selon une étude américaine présentée lundi au congrès de l’American Society for Reproductive Medicine (ASRM), qui a débuté samedi à Hawaï.

Une analyse rétrospective sur plus de 500.000 cycles avec transfert d’embryons frais, enregistrés par la Society for Assisted Reproductive Technology (SART) américaine, entre 2004 et 2011, a été réalisée par V. L. Blake de l’université de Stanford à Palo Alto (Californie) et ses collègues. Le taux de naissance vivante était de 34,9% lorsqu’une dose de gonadotrophines inférieure à 1.000 UI avait été utilisée, selon le résumé de la communication orale. Ce taux montait à 44,3% pour une dose de gonadotrophines comprise entre 1.001 UI et 2.000 UI.

Mais avec les doses supérieures, le taux de naissance vivante chutait : 38,9% pour une dose entre 2.001 UI et 3.000 UI, 31,5% entre 3.001 et 4.000 UI, 26,4% entre 4.001 et 5.000 UI et 19,2% au-delà de 5.000 UI. Cette tendance était statistiquement significative.

Cette corrélation était observée quel que soit le nombre d’ovocytes obtenus : entre un et cinq ovocytes, le taux de naissance vivante était de 24,5% pour une dose de gonadotrophines entre 1.001 UI et 2.000 UI et de 12,1% au-delà de 5.000 UI ; entre 11 et 15 ovocytes, le taux était de 46,2% pour une dose entre 1.001 et 2.000 UI et de 25,8% au-delà de 5.000 UI.

L’association persistait quels que soient l’âge de la patiente, la durée de la stimulation ovarienne ou l’indice de masse corporelle, sauf chez les femmes de plus de 40 ans chez qui entre un et cinq ovocytes ont été obtenus, notent les chercheurs.

"Ce travail va avoir un impact immédiat sur la pratique et va nous aider à mieux prendre en charge nos patientes", commente le Dr Charles Coddington, président de la SART, dans un communiqué de l’ASRM.

Dernière mise à jour le lundi 2 octobre 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter