Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

FIV : une augmentation de 10% du taux de succès d’implantation au CHU de Bordeaux avec l’EmbryoScope*

La mise en place d’un nouveau système d’incubation des embryons lors d’une fécondation in vitro (FIV), l’EmbryoScope* (Unisense FertileTech), a permis d’augmenter de 10% le taux de succès d’implantation des embryons, selon un communiqué du CHU de Bordeaux.

Utilisé par le service de biologie de la reproduction et le centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme (Cecos) du CHU de Bordeaux depuis octobre 2012, il s’agissait du deuxième appareil de ce type installé en France après celui du CHU de Nantes. Un autre a depuis pris place au CHU de Dijon.

L’EmbryoScope* fonctionne comme une étuve. Chaque embryon est maintenu à une température et à un pH stable, recouvert d’huile pendant deux à cinq jours. L’intérêt de l’EmbryoScope* est d’intégrer une caméra permettant d’observer l’embryon sans le sortir de son milieu jusqu’à implantation, ce qui limite le stress et lui assure un meilleur développement.

"Cela nous permet d’observer la morphocinétique complète de l’embryon" a expliqué à l’APM Aline Papaxanthos du service de biologie de la reproduction du CHU de Bordeaux.

"D’une manière générale, nous devons être capables d’évaluer la capacité d’un embryon à s’implanter, et de choisir les meilleurs" a-t-elle précisé. "Or, la seule méthode dont nous disposions consistait à retirer l’embryon de l’étuve pour le regarder sous microscope, ce qui nous limitait à deux observations, à respectivement 24 et 48 heures après la mise en contact".

L’EmbryoScope* permet aux équipes de surveiller l’embryon à n’importe quel intervalle de temps, pendant une séquence complète qui peut durer de 48 heures à six jours. "Nous pratiquons une observation toutes les 15 minutes", a poursuivi Aline Papaxanthos.

"Jusqu’à présent 180 couples ont bénéficié de cette technologie et nous avons obtenu 40% de développements réussis au lieu des 29% habituels".

L’appareil est installé à Bordeaux depuis un délai insuffisant pour pouvoir évaluer son impact sur le taux de naissances, note-t-on.

La machine coûte 90.000 euros, auxquels il faut ajouter 8.000 euros de consommables et de maintenance par an.

Dernière mise à jour le lundi 2 octobre 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter