Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

Hémorragie du post-partum : le facteur VIIa réduit de 40% les traitements invasifs (étude randomisée)

L’administration du facteur VIIa recombinant lors d’une hémorragie du post-partum réfractaire à la sulprostone réduit de 40% le recours aux traitements invasifs, selon une étude randomisée française présentée jeudi au congrès de la Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar) à Paris.

L’intérêt du facteur VIIa (Novoseven*, Novo Nordisk) dans la prise en charge de l’hémorragie du post-partum, pour arrêter le saignement et réduire les besoins transfusionnels, a été suggéré dans des séries de cas et des registres, rappellent Guy Aya du CHU de Nîmes et ses collègues, dans le résumé de leur communication.

Ils ont randomisé 84 patientes, dans huit centres en France et en Suisse, réfractaires à la sulprostone, entre une dose unique de 60 µg/kg de facteur VIIa recombinant et une prise en charge classique.

Le risque de recours à des thérapeutiques invasives a été réduit de 44% dans le groupe recevant le facteur VIIa (52,4% contre 92,9%), une différence statistiquement significative.

Le taux d’hystérectomie d’hémostase a été de 7% dans le groupe traitement contre 19% dans le groupe contrôle.

Les taux de transfusions étaient en revanche similaires (65% et 68% pour les concentrés de globules rouges).

Les bénéfices du facteur VIIa se sont faits au prix de deux cas d’évènements thrombo-emboliques : une thrombose ovarienne à J2 et une embolie pulmonaire non fatale à J5.

"Des études sur des effectifs plus importants sont nécessaires pour préciser tant l’efficacité en termes de réduction du taux d’hystérectomie que le risque thrombo-embolique réel", estiment les auteurs.

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter