Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

L’efficacité du dabigatran dans la fibrillation atriale indépendante de la fonction rénale

L’efficacité du dabigatran (Pradaxa*, Boehringer Ingelheim) par rapport à la warfarine reste constante quelle que soit la fonction rénale, chez les patients atteints de fibrillation atriale, montre une nouvelle analyse de l’étude RELY publiée dans Circulation.

Cette analyse, qui était prévue dans la conception de l’étude, montre cependant qu’avec l’une des équations de mesure du taux de filtration glomérulaire, les deux doses de dabigatran testées réduisent les saignements majeurs par rapport à la warfarine chez les patients ayant un taux de filtration glomérulaire supérieur ou égale à 80 ml/min, l’effet étant moindre ou absent dans les autres catégories de fonction rénale.

L’étude RELY a montré une supériorité du dabigatran à 150 mg par rapport à la warfarine et moins de saignements avec la dose de 110 mg. Sur les 18.113 patients inclus, 17.951 avaient eu une mesure du taux de créatinine au départ. Le taux de filtration glomérulaire était supérieur ou égal à 80 ml/min chez 32,6% des patients, compris entre 50 et 80 ml/min chez 47,6% et inférieur à 50 ml/min chez 19,8% des patients, selon l’équation de Cockcroft-Gault. Ces proportions étaient de 21,6%, 59,6% et 18,8% selon l’équation CKD-EPI.

Quelle que soit la fonction rénale, le taux d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’embolie systémique était plus faible avec le dabigatran à 150 mg qu’avec la warfarine, et similaire à la warfarine avec le dabigatran à 100 mg. Chez les patients ayant un taux de filtration glomérulaire selon l’équation de Cockcroft-Gault supérieur ou égal à 80 ml/min, le risque de ces évènements était réduit de 33% sous dabigatran à 150 mg, par rapport à la warfarine. Il était réduit de 32% avec un taux de filtration glomérulaire entre 50 et 80 ml/min et de 44% avec un taux inférieur à 50 ml/min.

Avec le dabigatran à 110 mg, le taux de filtration glomérulaire n’était pas significativement diminué, quelle que soit la fonction rénale.

Le dabigatran à 110 mg a été associé à moins de saignements majeurs de façon homogène au travers des différentes catégories de fonction rénale selon l’équation de Cockcroft-Gault.

Mais avec l’équation CKD-EPI, il y avait une interaction significative entre le traitement et la fonction rénale : la réduction relative des saignements majeurs observés avec le dabigatran à 110 mg par rapport à la warfarine était significativement plus importante chez les patients ayant un taux de filtration glomérulaire supérieur ou égal à 80 ml/min (0,41 contre 0,82 pour un taux entre 50 et 80 ml/min).

En outre, avec le dabigatran à 150 mg, alors qu’il n’y avait pas d’interaction entre fonction rénale selon l’équation de Cockcroft-Gault et traitement, il y avait significativement moins de saignements majeurs (-41%) chez les patients ayant un taux de filtration glomérulaire supérieur ou égal à 80 ml/min selon l’équation CKD-EPI, tandis qu’il n’y avait pas de diminution significative de ce risque dans les autres groupes de fonction rénale.

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter