Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

La HAS met en ligne une fiche mémo sur la contraception des femmes à risque cardiovasculaire

La Haute autorité de santé (HAS) a mis en ligne sur son site mercredi une fiche mémo sur la contraception des femmes à risque cardiovasculaire.

Cette fiche mémo fait suite à sept autres fiches mises en ligne par la HAS en mai. La diffusion de l’ensemble de ces fiches s’inscrit dans la politique du ministère de la santé sur la contraception également présentée en mai.

La HAS rappelle que "la contraception chez une femme à risque cardiovasculaire n’est pas une prescription anodine", et que cette fiche doit "aider les professionnels de santé à proposer une contraception adaptée aux contre-indications présentées".

Cette fiche mémo est disponible sous trois présentations différentes. La première est une fiche classique qui dresse la liste des principales pathologies à risque cardiovasculaire ainsi que les facteurs de risque cardiovasculaire.

Elle associe à chacune de ces pathologies les moyens de contraceptions disponibles en précisant à chaque fois si ces moyens sont utilisables sans aucune restriction d’utilisation, utilisables avec un suivi plus attentif qu’en règle normale, non recommandés ou à ne pas utiliser. Chacune de ces catégories est associée à une couleur différente : vert, jaune, orange et rouge.

Les pathologies et facteurs de risques pour lesquels le type de contraception est discuté sont la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire, la thrombose veineuse superficielle, les facteurs héréditaires de risque de thrombose, l’accident vasculaire cérébral, la cardiopathie ischémique, les valvulopathies cardiaques, les céphalées, le lupus érythémateux disséminé et les facteurs de risque classiques (âge, hypertension artérielle, consommation de tabac).

A titre d’exemple, dans la catégorie "Diabète", une femme ayant des antécédents de diabète gestationnel pourra employer n’importe quel moyen de contraception sans restriction. Une femme ayant un diabète de type 1 ou 2 sans complication vasculaire pourra utiliser, mais avec un suivi plus attentif, toutes les méthodes oestroprogestatives et progestatives ou les dispositifs intra utérins (DIU) au lévonorgestrel. Si la patiente présente un diabète de plus de 20 ans ou des complications, les méthodes de contraceptions oestroprogestatives ne seront plus recommandées.

Les deux autres fiches reprennent les mêmes informations, mais les présentent sous la forme d’un tableau pour la première et d’un diagramme pour la seconde.

Les fiches mémo de la HAS sur la contraception chez la femme à risque cardiovasculaire

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter