Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

La génomique reclassifie les cancers de l’endomètre

L’analyse de l’ensemble du génome d’un grand nombre de cancers de l’endomètre montre que ce cancer peut être divisé non en deux mais en quatre types, ce qui pourrait avoir des conséquences en termes de choix de traitement.

Cette étude réalisée par le réseau international de génomique Cancer Genome Atlas Research Network est publiée jeudi dans Nature.

Actuellement, les cancers de l’endomètre sont divisés en adénocarcinome endométrioïde, qui a un pronostic favorable aux stades précoces, et adénocarcinome séreux, qui nécessite d’emblée un traitement plus agressif, rappellent les auteurs.

Ils ont étudié le génome de 373 cancers de l’endomètre. Cela a permis de constater que certaines tumeurs ont un profil d’altérations génétiques qui n’est pas corrélé aux types histologiques et aux grades classiques.

Globalement, quatre types ont été identifiés : l’un caractérisé notamment par le gène POLE (codant pour une ADN polymérase) "ultramuté" ; un autre avec des ADN microsatellites "hypermutés" ; deux autres avec une stabilité des microsatellites mais dans un cas un faible nombre de copies de gènes dans la tumeur et dans l’autre un nombre élévé de copies (correspondant au type séreux).

Ils ont pu montrer que 25% des tumeurs endométrioïdes de haut grade ont un profil similaire aux tumeurs séreuses. Cela "suggère que ces patientes pourraient bénéficier d’approches de traitement similaires aux tumeurs séreuses", commentent les chercheurs.

L’analyse montre également que le type séreux présente les mêmes caractéristiques d’altérations génomiques que les cancers de l’ovaire séreux de haut grade et les cancers du sein de type basal.

Ils estiment que les "paradigmes de traitement" du cancer de l’endomètre doivent être modifiés. Il faudrait notamment conduire des essais cliniques indépendants sur les différents sous-types.

Reference : The Cancer Genome Atlas Research Network. Integrated Genomic Characterization of Endometrial Carcinoma. Nature. May 2, 2013. DOI:10.1038/nature12113

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter