Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

Modification de la recherche d’infections en AMP intraconjugale

Les modalités de recherche des marqueurs biologiques de certaines infections chez les couples candidats à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ont été légèrement modifiées par un arrêté publié jeudi au Journal officiel.

Ce texte est relatif aux règles de bonnes pratiques cliniques et biologiques d’AMP en vigueur depuis le 3 août 2010 à l’Agence de la biomédecine.

Les changements concernent les tests de sécurité sanitaire figurant parmi les "dispositions communes à l’ensemble des activités d’AMP" (titre II.4 de l’annexe).

Concernant l’AMP intraconjugale et l’autoconservation de gamètes ou de tissus germinaux, la recherche des marqueurs biologiques d’infection par les virus de l’immunodéficience humaine (VIH1/VIH2), de l’hépatite B (VHB), de l’hépatite C (VHC) et de l’agent de la syphilis est effectuée chez les deux membres du couple désormais dans "les trois mois" précédant la tentative d’AMP, et non plus les six mois, s’il s’agit d’une première détermination. Ultérieurement, elle devra être effectuée chaque fois que le délai entre la tentative et la dernière détermination est supérieur à 12 mois.

L’autre précision apportée concerne les examens supplémentaires qui doivent être éventuellement réalisés et en particulier, la recherche d’anticorps anti-HTLV1 (dirigés contre le rétrovirus oncogène humain HTLV1) pour les personnes vivant dans des régions à forte "prévalence", et non plus incidence, originaires de ces régions ou dont les partenaires sexuels ou les parents sont originaires de ces régions.

(Journal officiel, jeudi 12 juin, texte 14)

Dernière mise à jour le mardi 18 juillet 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter