Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

Premières naissances après vitrifications d’ovocytes issus d’un don : bataille de communiqués entre CHU

Plusieurs CHU ont fait des communiqués mercredi et jeudi pour chacun se féliciter d’être les premiers établissements français dans lesquels sont nés des bébés après fécondation in vitro (FIV) avec des ovocytes recueillis dans le cadre d’un don puis vitrifiés, laissant planer l’incertitude sur qui est réellement le premier.

Mercredi, le CHU de Montpellier a communiqué et fait une conférence de presse pour dire que "pour la première fois en France (...) deux premiers bébés ainsi conçus, Lilou et Bastien, sont nés en juillet et en août 2013", en se félicitant de la bonne "collaboration entre les équipes médicales hospitalo-universitaires de médecine et de biologie de la reproduction du CHRU".

Quelques heures après mercredi soir, c’était au tour de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) d’annoncer "une première à l’AP-HP", plus précisément à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy (Seine-Saint-Denis). "Le centre d’assistance médicale à la procréation (AMP) de l’hôpital Jean-Verdier est à l’origine de la première naissance d’un petit garçon de 4,395 kg, obtenue après vitrification ovocytaire dans le cadre spécifique du don d’ovocytes".

Mais jeudi, c’est le CHU de Rennes qui reprend la main pour annoncer que "la semaine dernière a eu lieu la naissance d’un petit garçon, cinquième bébé issu d’un don d’ovocyte vitrifié grâce au travail de l’unité de médecine de la reproduction et du laboratoire de biologie de la reproduction-Cecos du CHU", la première naissance ayant eu lieu "le 5 janvier 2013". D’autres grossesses sont en cours.

La première, d’où qu’elle vienne, est de toute façon une première dans l’application de la technique de vitrification à un ovocyte issu d’un don, et non une première dans l’utilisation de cette technique en France, note-t-on. La première naissance après application de la technique de vitrification a été annoncée il y a plus d’un an.

La vitrification des embryons, qui consiste en une congélation ultrarapide au lieu de la congélation traditionnelle lente, n’a été autorisée que récemment en France, par la dernière loi bioéthique, et sur ce sujet la France est plutôt en retard par rapport à d’autres pays, a noté un spécialiste interrogé par l’APM.

Quoi qu’il en soit, les différents CHU se félicitent de ce que cette application de la vitrification aux ovocytes issus du don devrait faciliter l’accès au don d’ovocytes.

Cela va simplifier l’ensemble de la prise en charge des patients en don d’ovocytes, tant pour les couples que pour les médecins : le recueil des ovocytes de la donneuse n’a plus besoin d’être synchronisé avec l’endomètre des receveuses.

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter