Laboratoire
de Biologie Médicale

 

Fermer

Risque accru de cancer avec une supplémentation en acide folique mais pas chez les femmes avec projet de grossesse

La prise d’une supplémentation en acide folique paraît associée à un risque accru de cancer, mais pas chez les femmes en période périconceptionnelle pour prévenir les anomalies de fermeture du tube neural, selon une méta-analyse publiée par le British Medical Journal (BMJ).

Des supplémentations en acide folique ou vitamine B9 sont largement utilisées pour prévenir et traiter des carences. Certaines études suggèrent une protection contre le cancer colorectal mais d’autres ont mis en évidence une augmentation des cancers, dont celui du poumon

Or l’acide folique est recommandé dans la prévention primaire des anomalies embryonnaires de fermeture du tube neural, et certains pays comme les Etats-Unis et le Canada ont même adopté une politique de fortification de l’alimentation en acide folique.

Tale Norbye Wien d’Oslo et ses collègues ont conduit une méta-analyse pour savoir si ces supplémentations orales pourraient être associées à un risque accru de cancer.

S’appuyant sur 19 études dont 12 contrôlées randomisées, leur travail montre que cette supplémentation n’est pas associée à un bénéfice mais à une hausse à la limite de la significativité du risque de cancer.

En étudiant chaque type de tumeur, seul le cancer de la prostate était concerné par une hausse du risque.

La méta-analyse n’a pas trouvé de preuve d’un éventuel risque augmenté chez les femmes à qui cette supplémentation est recommandée en période périconceptionnelle pour réduire le risque d’anomalies de fermeture du tube neural.

Des études longitudinales sont à mener dans les pays qui ont mis en place une fortification dans l’alimentation pour voir si cette stratégie est associée aussi à une hausse du risque de cancer, concluent les auteurs.

Dernière mise à jour le mercredi 21 juin 2017 | Plan du site | Mentions légales | Se connecter